Accéder au contenu principal

Retrouvez tous nos articles en 1 clic

Le Village de la LegalTech : le rendez-vous annuel de l'écosystème juridique

LegiStrat logo village legaltech


Le Village de la LegalTech : LE rendez-vous annuel de l'écosystème juridique

Son nom ne vous dit rien ? Pourtant sa notoriété est grandissante : le Village de la LegalTech, c'est le premier salon français dédié aux legaltech. Co-organisé tous les ans à Paris par le Village de la Justice - que vous connaissez, pour beaucoup - et l'association OpenLaw, cet événement réunit en un même lieu l'ensemble des parties prenantes de l'écosystème juridique autour d'un sujet : les technologies au service du droit. Avocats, huissiers, notaires, experts-comptables mais aussi experts en bancassurance et bien entendu étudiants et start-up du droit s'y retrouvent pour découvrir les nouvelles avancées en matière d'intelligence artificielle, de blockchain ou encore de justice prédictive.

Pour rappel, le Village de la Justice est le premier site de la communauté des métiers du droit en accès libre. Créé en 1997, cet espace d'échanges, d'information, de recrutement et de services accueille aujourd'hui plus de 1.500.000 visiteurs chaque mois ! OpenLaw est un nom qui vous parle peut-être moins, mais vous risquez d'en entendre beaucoup parler à l'avenir : première association structurée prônant une collaboration ouverte en mode "open innovation" (= innovation ouverte, collaborative) entre les différentes parties prenantes de l'écosystème juridique, celle-ci réunit en son sein des professionnels de l'édition de logiciels (Wolters Kluwer), de l'édition professionnelle (ELS) ou encore des start-up du droit (eJust).

Le premier social media (= média social) des professionnels du droit et un acteur partisan de l'open innovation dans le secteur juridique, il n'en fallait pas plus pour attirer notre attention sur cet événement !


LegiStrat sponsors village de la legaltech
Top sponsors du Village de la LegalTech
Parmi les parrains, on retrouve la "maison jaune" (EY)

Retour sur la 2ème édition du Village de la LegalTech

La 2ème édition du Village de la LegalTech s'est déroulée sur deux jours, les 6 et 7 décembre 2017 à Paris. Celle-ci a réuni pas moins de 2 000 participants, 150 intervenants et 62 exposants, un excellent millésime ! A cette occasion, 25 ateliers et conférences ont été organisés afin d'animer le salon.

La 3ème édition se tiendra également sur deux jours, les 27 et 28 novembre 2018, et devrait compter autant de participants.

Concrètement, le format du programme de la 2ème édition était le suivant :


Nous attendons avec impatience le programme définitif de la 3ème édition, mais nous savons déjà que son format sera similaire : état des lieux du secteur juridique et panorama des technologies innovantes le premier jour (à ne pas manquer donc !), puis ateliers et conférences le deuxième jour afin d'approfondir le sujet. Cependant lors du prochain salon, des ateliers seront organisés dès le premier jour par OpenLaw (sur l'interprofessionnalité, la formation du juriste de demain et le Legal Design) ainsi que par l'éditeur Wolters Kluwer.

Pour ce qui est du détail des conférences et des ateliers organisés lors de la précédente édition, nous avons sélectionné pour vous les sujets phares :


D'une manière générale, les conférences qui se sont tenues ont permis aux participants de balayer l'ensemble des sujets relatifs à la transformation du marché du droit. De même, les start-up et les autres exposants du salon constituaient un échantillon représentatif de l'offre actuellement disponible en matière de legaltech : rédaction d'actes automatisée, exploitation de la data à des fins prédictives ou informatives grâce à l'IA, smart contracts (l'une des 3 fonctionnalités de la blockchain), analyse automatisée de documents (notamment de contrats), plateformes numériques de mise en relation avec des professionnels du droit ou encore de stockage et de traitement des documents en mode social media etc.

Parcourir les allées de l'exposition et participer aux différents ateliers (notamment l'atelier Legal Design), c'est aussi se rendre compte que les professionnels du droit sont désormais appelés à aligner certaines de leurs pratiques sur celles des entreprises. Ainsi, la communication et le marketing prennent une place de plus en plus importante dans la pratique du droit !

Pour en savoir plus, retrouvez l'intégralité du programme officiel en format pdf.

Pourquoi le Village de la LegalTech est un événement important pour les juristes ?

Vous le savez, chez LegiStrat nous oeuvrons pour contribuer - à notre niveau - à la transformation du marché du droit en embrassant tous les sujets allant dans ce sens : intégration des legaltech dans les cabinets et les études, interprofessionnalité, élargissement du champ des activités des avocats, adoption par les juristes d'une posture de "business partners" et d'une vision transversale des problématiques etc.

Mais ce que nous "couchons sur le papier" afin de sensibiliser notamment les juristes les plus jeunes, le Village de la LegalTech l'expose et ses partenaires le mettent en pratique sur le terrain : une démarche résolument nécessaire à la conduite du changement des activités juridiques ! Car si les professionnels du droit commencent à s'intéresser sérieusement aux legaltech, une partie d'entre eux reste réfractaire à l'entrée sur le marché de ces jeunes start-up du droit. D'autres encore minorent leur potentiel, considérant que les legaltech représentent moins un réel apport pour le secteur qu'un effet "hype".

Ainsi, participer au Village de la LegalTech c'est :

- en tant que professionnel(le), s'affranchir de l'idée selon laquelle les legaltech ont vocation à se substituer purement et simplement aux professionnels du droit (celles-ci ayant en réalité vocation à faciliter leur activité) ;

- en tant qu'étudiant(e), prendre conscience que le monde du droit est en pleine mutation et s'adapter aux changements actuels et futurs ;

- quel que soit son statut, découvrir les métiers du droit de demain (ex : juristes codeurs) et se rendre compte que derrière les effets d'annonce, il y a de véritables outils technologiques au service des activités juridiques (et non uniquement du marketing).

Mais ce qui fait toute l'importance de cet événement pour les juristes, c'est l'aspect "open innovation" de la démarche adoptée par ses organisateurs. Pourquoi ? Parce que l'innovation technologique ne prend vraiment sens que dans le cadre d'une collaboration active entre les différentes parties prenantes (stakeholders) de l'écosystème dans lequel s'inscrivent les technologies développées. Cela est notamment le cas lorsque, en raison de la complexité des besoins mais aussi de l'existence de contraintes nécessitant des compétences particulières, l'implication de professionnels du secteur dans l'innovation devient un facteur-clé de succès.

Connaissez-vous Withings ? Si ce nom ne vous dit rien, il est néanmoins fort probable que vous connaissiez le premier produit développé par cette (ancienne) start-up : la balance connectée, que nous avons tous vue passer sur nos écrans sous la marque Nokia Health. Selon le modèle, cette balance permet de mesurer votre masse musculaire, graisseuse, osseuse ou encore votre fréquence cardiaque. Bref avec Withings, on est en plein dans la HealthTech (= technologies de la santé). Après un départ en trombe, suivi d'un "flop" sous pavillon Nokia, Eric Carreel - l'un de ses co-fondateurs - a racheté cette pépite de la French Tech au géant finlandais. L'opération a eu lieu au mois de juin 2018, et aujourd'hui il faut relancer la machine.

Comment ? En s'imposant comme le leader français de la santé connecté ou e-santé, ce qui nécessite une collaboration accrue avec les principaux acteurs de l'écosystème du secteur de la santé : hôpitaux, universités, médecins indépendants, établissements de santé privés, laboratoires etc.

Pourquoi ? Parce que ces professionnels connaissent les besoins en matière de santé, ce sont des mines d'informations. En outre, ces derniers ont des compétences - que Withings n'a pas - leur permettant d'aiguiller la start-up sur les caractéristiques de certaines fonctionnalités. Vous l'aurez compris : en impliquant l'écosystème de la santé aux innovations en matière de HealthTech, le cadrage des besoins est beaucoup plus fin (et rapide) et la fiabilité des produits est optimisée.

Et c'est exactement la même chose en matière de legaltech :

LegiStrat Village de la LegalTech mind map de l'écosystème juridique open innovation
Mind map de l'écosystème juridique en mode "open innovation"

Dans le cadre d'une innovation ouverte, chaque acteur apporte sa pierre à l'édifice de sorte que l'ensemble de l'écosystème - professionnels mais aussi clients - bénéficient des nouvelles avancées technologiques : il s'agit donc d'un cercle vertueux.

Vous êtes séduit(e) par le concept d'innovation ouverte ? Vous avez un côté technophile ? Vous voulez savoir à quoi ressemblera le monde du droit de demain ? Alors on se donne rendez-vous les 27 et 28 novembre 2018 à la Cité des sciences et de l'industrie, à Paris pour la 3ème édition du Village de la LegalTech. Le programme définitif fera l'objet d'un article au mois de septembre, en attendant on savoure la victoire des bleus et bien sûr les vacances !

Adrien VAGINAY





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Diversifier l'offre de l'avocat par l'exercice d'une activité commerciale

Diversifier l'offre de l'avocat conseil par la commercialisation de biens ou de services Dans le monde du droit, certaines croyances sont profondément ancrées dans les esprits. L'une d'entre elles concerne la profession d'avocat, encore et toujours : il serait interdit à ce professionnel d'exercer une quelconque activité commerciale, même à titre accessoire.
Eh bien ! Nous avons le regret - ou plutôt, le plaisir - de vous informer que cette interdiction n'est plus d'actualité depuis ledécret n° 2016-882 du 29 juin 2016 dit "décret Macron". Pour être tout à fait précis, l'exercice d'une activité commerciale à titre accessoire est désormais ouverte aux avocats sous certaines conditions.
Avant de nous lancer dans (i) l'exposé desdites conditions, ainsi que dans (ii) l'analyse stratégique que l'on peut faire de cette nouvelle opportunité, il est à noter que dans cet article nous nous intéresserons spécifiquement au cas de l'…

Legaltech : quel avenir pour la profession d'avocat ?

Legaltech : de quoi parle-t-on ? De leur nom complet "Legal Technologies" (technologies juridiques), les legaltech désignent à l'origine les technologies mises au service du droit. Par extension, elles font référence aux start-up qui exploitent ces technologies afin de réaliser des prestations juridiques.
Les noms de ces start-up ne vous sont probablement pas inconnus, tant celles-ci sont présentes sur la toile : il s'agit de Captain Contrat, Legalstart, LegalVision ou encore Demander Justice, pour ne citer que les plus connues. 
Les prestations proposées varient d'une legaltech à l'autre, on peut notamment citer :
- la recherche de documents juridiques, - le stockage et la génération automatique de documents juridiques, - la communication de pièces par voie électronique lors de procédures, - la mise en relation avec des avocats via une plateforme (ex : Captain Contrat), - l'analyse de contrats et de données, - ou encore l'analyse de décisions de just…

Juristes d'affaires : parlez le langage de vos clients !

Parler le langage de ses clients, un premier pas vers une relation de confiance !
En tant que juriste d'affaires, vous avez votre jargon : GAP, TUP, ABS, IPO, closing ou encore fusac sont des termes courants pour vous, mais qui peuvent s'avérer relativement occultes pour vos clients... voire même pour des juristes non initiés au monde des affaires. Sachez cependant que vos clients aussi ont leur langage, et il vous appartient de le maîtriser !
En effet, parler la même langue que ses clients, c'est établir une relation de confiance avec eux. En leur montrant que vous connaissez leur monde, vous vous positionnez comme un véritable business partner et non plus uniquement comme un technicien du droit. C'est un peu comme si vous aviez affaire à un client étranger : si vous savez parler anglais, c'est bien, mais si vous parlez sa langue natale, d'un point de vue business c'est le jackpot !
Nous avons donc sélectionné des termes que vous entendrez probablement au moi…