Accéder au contenu principal

Retrouvez tous nos articles en 1 clic

La 3ème édition du Village de la LegalTech se tiendra les 27 et 28 novembre 2018

Le Village de la LegalTech : le rendez-vous annuel de l'écosystème juridique

Au programme de la 3ème édition du Village de la LegalTech...

Premier salon français dédié aux legaltech et à l'innovation juridique, le Village de la LegalTech constitue aujourd'hui un rendez-vous incontournable pour les professionnels du droit, du chiffre mais aussi pour les étudiants, les experts de la bancassurance, les entreprises et en particulier pour les start-up du droit.

Organisé chaque année à Paris par le Village de la Justice et Open Law, cet événement réunit l'ensemble des parties prenantes de l'écosystème juridique (en savoir plus). Cette année encore il se tiendra à Paris, les 27 et 28 novembre à la Cité des sciences et de l'industrie. 

Au programme : 150 intervenants et 70 exposants animeront 35 conférences et ateliers répartis sur 2 jours. Ce sont donc 8 exposants et 10 conférences et ateliers de plus que lors de la précédente édition du Village de la LegalTech, de quoi ravir les 2 000 participants attendus !

Au niveau du format du programme, comme prévu celui-ci sera similaire à celui de la 2ème édition :


Concernant les conférences organisées, chez LegiStrat nous sommes frappés par leur nombre (une trentaine) et leur diversité : mieux vaut cibler celles qui vous intéressent le plus ! surtout si vous souhaitez participer aux ateliers organisés par Open Law et Wolter Kluwers, durant lesquels vous pourrez vous familiariser avec certaines pratiques innovantes comme le Legal Design et/ou les technologies en développement (comme la blockchain et l'IA).

Cinq bonnes raisons de participer à la 3ème édition du Village de la LegalTech

Pourquoi se rendre au Village de la LegalTech les 27 et 28 novembre ? Nous avons sélectionné pour vous les commentaires de participants, et les avons érigés en "top 5" des raisons de participer à cet événement majeur pour le monde du droit !

1) Mieux se préparer à entrer sur un marché du droit en pleine mutation (ou prendre conscience de cette mutation)

Parce que le marché du droit est en pleine transformation, ce qui implique aussi bien la nécessité de formations adaptées, l'acquisition de compétences nouvelles et transversales, l'adoption d'une vision stratégique mais aussi de pratiques innovantes. Alors en tant qu'étudiant(e), autant bien se préparer à y entrer ! Mais peut-être n'avez vous pas encore pris conscience des changements qui ont cours depuis quelques années maintenant, cela sera alors l'occasion pour vous de le découvrir.

2) Selon vous, l'interprofessionnalité est "l'avenir" des professions du droit et du chiffre

C'est aussi notre point de vue : les professionnels du droit et du chiffre évoluent, comme toute entreprise, dans un écosystème constitué par une multitude d'acteurs interdépendants. Or le Village de la LegalTech se caractérise notamment par son aspect interprofessionnel, l'occasion de faire de belles rencontres !

3) Vous êtes une entreprise, et vous souhaitez intégrer votre direction juridique dans votre transformation digitale

La transformation digitale des entreprises est l'un des principaux sujets d'actualité : on voit mal pourquoi les directions juridiques seraient exclues du périmètre. Cela tombe bien, le Village de la LegalTech réunit des start-up du droit qui pourraient bien répondre à vos besoins !

4) Vous êtes un professionnel du droit ou du chiffre, et vous cherchez un partenariat avec une start-up du droit

La transformation digitale concerne aussi les professionnels du droit et du chiffre, c'est d'ailleurs la raison d'être du Village de la LegalTech ! Vous êtes professionnels du droit ou du chiffre ? Nul doute que vous trouverez chez les exposants (start-up) la réponse à vos besoins !

5) Vous êtes technophile, tout simplement !

Vous êtes passionné(e) par la technologie ? Vous avez une certaine admiration pour le monde des start-up ? Alors le Village de la LegalTech est fait pour vous : intelligence artificielle, blockchain (technologie issue du bitcoin), RegTech (= regulatory technology) ou encore plateformes numériques seront au rendez-vous ! Mais au-delà des technologies en elles-mêmes, vous pourrez assister aux pitchs de start-up destinés aux investisseurs.

A noter : l'inscription est gratuite et vous permet de recevoir des notifications concernant le programme. Rendez-vous sur le site du Village de la LegalTech.

Rendez-vous les 27 et 28 novembre à Paris, à la Cité des sciences et de l'industrie !

En tant que partenaires du Village de la LegalTech, nous serons naturellement au rendez-vous pour l'ouverture du salon ! A cette occasion, nous retrouverons nos partenaires Christophe ALBERT (Village de la LegalTech), Miroslav KURDOV (SketchLex) ou encore Me Romain OMER (Association des Avocats Numériques - OMER Avocats).

Cela sera également l'occasion pour nous d'échanger à nouveau avec Alexis DEBORDE (Hercule Legal Tech), mais aussi avec une partie des équipes d'Open Law - notamment Benjamin JEAN et Laurane COUDRIET - que nous avons rencontrées il y a 2 semaines à Nantes, lors de la Digital Week.

Vous êtes passionné(e) par l'innovation juridique ? Vous souhaitez être partie prenante de la transformation du marché du droit ? C'est avec plaisir que nous vous retrouverons au Village de la LegalTech, le 27 novembre prochain !


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Diversifier l'offre de l'avocat par l'exercice d'une activité commerciale

Diversifier l'offre de l'avocat conseil par la commercialisation de biens ou de services Dans le monde du droit, certaines croyances sont profondément ancrées dans les esprits. L'une d'entre elles concerne la profession d'avocat, encore et toujours : il serait interdit à ce professionnel d'exercer une quelconque activité commerciale, même à titre accessoire.
Eh bien ! Nous avons le regret - ou plutôt, le plaisir - de vous informer que cette interdiction n'est plus d'actualité depuis ledécret n° 2016-882 du 29 juin 2016 dit "décret Macron". Pour être tout à fait précis, l'exercice d'une activité commerciale à titre accessoire est désormais ouverte aux avocats sous certaines conditions.
Avant de nous lancer dans (i) l'exposé desdites conditions, ainsi que dans (ii) l'analyse stratégique que l'on peut faire de cette nouvelle opportunité, il est à noter que dans cet article nous nous intéresserons spécifiquement au cas de l'…

Juristes d'affaires : parlez le langage de vos clients !

Parler le langage de ses clients, un premier pas vers une relation de confiance !
En tant que juriste d'affaires, vous avez votre jargon : GAP, TUP, ABS, IPO, closing ou encore fusac sont des termes courants pour vous, mais qui peuvent s'avérer relativement occultes pour vos clients... voire même pour des juristes non initiés au monde des affaires. Sachez cependant que vos clients aussi ont leur langage, et il vous appartient de le maîtriser !
En effet, parler la même langue que ses clients, c'est établir une relation de confiance avec eux. En leur montrant que vous connaissez leur monde, vous vous positionnez comme un véritable business partner et non plus uniquement comme un technicien du droit. C'est un peu comme si vous aviez affaire à un client étranger : si vous savez parler anglais, c'est bien, mais si vous parlez sa langue natale, d'un point de vue business c'est le jackpot !
Nous avons donc sélectionné des termes que vous entendrez probablement au moi…

Legaltech : quel avenir pour la profession d'avocat ?

Legaltech : de quoi parle-t-on ? De leur nom complet "Legal Technologies" (technologies juridiques), les legaltech désignent à l'origine les technologies mises au service du droit. Par extension, elles font référence aux start-up qui exploitent ces technologies afin de réaliser des prestations juridiques.
Les noms de ces start-up ne vous sont probablement pas inconnus, tant celles-ci sont présentes sur la toile : il s'agit de Captain Contrat, Legalstart, LegalVision ou encore Demander Justice, pour ne citer que les plus connues. 
Les prestations proposées varient d'une legaltech à l'autre, on peut notamment citer :
- la recherche de documents juridiques, - le stockage et la génération automatique de documents juridiques, - la communication de pièces par voie électronique lors de procédures, - la mise en relation avec des avocats via une plateforme (ex : Captain Contrat), - l'analyse de contrats et de données, - ou encore l'analyse de décisions de just…